Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Parcours Sup’ Kezako ?

0

Choisir son orientation, faire le bon choix pour son avenir… ?
Telles sont vos questions, vous, les futurs bacheliers ?

Depuis le 22 janvier, ParcourSup, la nouvelle plateforme d’admission post-bac du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur, remplace le système APB. L’ancien outil -largement critiqué- permettait de procéder à un tirage au sort entre deux candidatures, pour les formations surchargées, tels que STAPS ou Psychologie.

De nombreux lycéens se sont donc retrouvés dans une impasse et n’ont pu bénéficier d’une formation en adéquation avec leur projet d’avenir.
Pour tenter de palier à ce travers, le nouveau système propose d’enregistrer désormais 10 vœux sur parcoursup.fr, contre 24 avec l’ancienne plateforme. La hiérarchisation des vœux, sera également supprimée et permettra aux lycéens d’établir de véritables choix lors d’une admission dans plusieurs établissements.

Le calendrier est aussi très précis puisque les élèves auront jusqu’au 13 mars 2018 pour déposer leur dossier d’admission. Les premières réponses seront envoyées dès le 22 mai sur la plateforme.

Le Ministère affirme que tous les bacheliers seront affectés au plus tard le 21 septembre prochain au sein de 13.000 formations proposées.
La plateforme propose également plusieurs contenus informatifs permettant à ceux qui cherchaient encore leur voie d’avoir tous les éléments à leur disposition :

• Les dates des journées portes ouvertes ou des journées/semaines d’immersion organisées par les établissements,
• Un contact pour pouvoir échanger avec un responsable pédagogique de l’établissement demandé
• Des informations précises sur les formations : enseignement, taux de réussite, débouchés, etc.
• Les attendus de chaque formation : connaissances et compétences nécessaires pour réussir, etc.

En pratique, ParcourSup propose :

• De créer un dossier de préinscription
• De trouver des informations sur les différentes formations de l’enseignement supérieur
• D'émettre les vœux de poursuite d’études sans les classer
• De compléter votre dossier avec les éléments demandés par les établissements
• De confirmer les vœux pour qu’ils puissent être examinés par les établissements
• De recevoir des propositions d’admission des établissements

Lorsque le nombre de vœux reçus sera inférieur au nombre de places disponibles, l’établissement pourra répondre "OUI" (proposition d’admission) ou "OUI SI" (proposition conditionnelle d’admission).
Si la décision est "OUI-SI", cela signifie que l’établissement conditionne l’inscription à l’obligation pour l’élève de suivre un parcours de formation personnalisé (stage de remise à niveau, cursus adapté...).

• De répondre aux propositions qui vous sont faites.

Et toi, qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?

0

"Qu'as-tu envie de faire plus tard" ?

Dès la fin du collège, la question de l'orientation est la question qui "tue"...

Si pour certains lycéens, la réponse est évidente (si, si, certains mythes ont la vie dure :) : pilote d'avion, pompier, vétérinaire, maitresse, footballeur, etc...), pour d'autres en revanche le choix est Cornélien...

Et cette difficulté à choisir les poursuivra tout au long de leur vie, tant leur curiosité est grande, tant leur soif d'apprendre les tenaille, tant le nombre de sujets à explorer est vaste... Et également difficile à appréhender.

Pour eux  -n'en déplaise à notre système éducatif voire à notre société au sens large- le choix n'est pas une option et ils pourront cumuler plusieurs jobs, plusieurs projets, l'un alimentant l'autre, parce que c'est ce qui les nourrit.

N'ayant pas l'habitude de mettre les élèves dans des cases, qu'on les appelle neuro-droitiers, ou multi-potentiels, nous avons pourtant eu envie de partager avec vous les raisons qui font qu'il est urgent de ne pas faire faire de choix trop tôt à ces drôles de "zèbres".

Mais n'étant pas spécialistes du sujet, nous avons choisi de partager avec vous cette conférence d'Emilie Wapnick, qui fait désormais référence sur le sujet. Enjoy !

https://youtu.be/QJORi5VO1F8

Intelligences multiples : Bien connaitre son mode de fonctionnement pour mieux apprendre

0

Quel enfant n’a pas expérimenté un sentiment d’incompréhension voire d’injustice face à un copain a même de retenir son cours en écoutant simplement en classe ?

Pourtant depuis les travaux de Howard Gardner en 1983 –enrichis en 1993- nous savons qu’il existe plusieurs formes d’intelligence chez l’enfant d’âge scolaire et par extension chez l’adulte, et que nous ne privilégions pas tous les mêmes lors de nos apprentissages. Parmi les plus communément admises :

- L’intelligence linguistique,
- L’intelligence logico-mathématique,
- L’intelligence spatiale,
- L’intelligence intra-personnelle,
- L’intelligence interpersonnelle,
- L’intelligence corporelle ou kinesthésique,
- L’intelligence musicale,
- L’intelligence existentielle,
- L’intelligence naturaliste (1993).

Cette théorie –bien que critiquée- est devenue un outil utilisé dans certains établissements scolaires. Il permet de développer ou de réparer l'estime de soi des enfants, de leur apprendre à apprendre, de les aider à réfléchir pour mieux mobiliser leurs compétences et exprimer leur créativité... en prenant soin toutefois de ne pas les enfermer dans des cases, puisque chacun d'entre nous possède toutes ces formes d'intelligence.

Si au sein de notre système éducatif Français, l’intelligence logico-mathématique est souvent valorisée, le travail en mode « projet » qui tend à se développer permet, au sein des groupes de mobiliser toutes les formes d’intelligence, dans un travail collaboratif où le lien se crée et les synergies s’expriment.

InterCycles, par la mise en commun des compétences de chacun, permet de faire émerger ces synergies, et à chaque enfant de trouver sa place au sein du projet, le rendant plus autonome et lui redonnant ainsi confiance en lui, en son expressivité et en sa créativité.

D’où l’importance de connaitre tôt son mode de fonctionnement privilégié, pour ne pas se décourager et mobiliser au maximum ses ressources dans ses apprentissages, tout en sachant que l'on peut développer davantage chacune de ces formes d'intelligence.

De l’intérêt de la POC* !

0

La POC qu'est-ce que c'est ?

La mise en place de nouveaux concepts, à plus forte raison dans la formation des jeunes générations, n’est pas sans risque. Avant de proposer une nouvelle façon d’apprendre, impensable de ne pas la tester, l’amender, la reprendre, l’améliorer….

Largement utilisé dans l’univers du design, la preuve du concept (ou Proof of Concept) permet de faire l’expérience d’un dispositif en conditions réelles, afin d’en tester les limites, les axes de progrès, dans une logique d’amélioration continue, avant de le présenter à un panel d’utilisateurs, voire de le tester à plus grande échelle.

InterCycles, encyclopédie numérique collaborative

Pour vérifier la pertinence de sa méthodologie, avant de la déployer et de la proposer à un plus grand nombre d’élèves et d’enseignants, InterCycles n’a pas échappé à la règle, son désir étant de mettre à leur disposition un outil simple, intuitif et correspondant vraiment  à leurs attentes.

Après plusieurs années de pratique, sans cesse améliorée aux contact des élèves, des étudiants… en 2016-2017 un essai grandeur nature a donc vu le jour.

De nombreux élèves se sont prêtés à l’exercice, sur la base du volontariat, ne comptant par leurs heures, et acquérant par ce biais un grand nombre de compétences du socle commun d’une part, mais aussi numériques et humaines. 10 vidéos sont nées cette expérience, réalisées soit en groupes, soit de façon individuelle, vidéos alimentant une encyclopédie numérique collaborative et que vous retrouverez en ligne sur la chaine YT InterCycles.

Pour un aperçu des sujets traités et des compétences acquises par les élèves, c’est par ici, dans notre infographie.

Une #EdTech en vadrouille, où comment faire avec les moyens du bord…

0

[embed]https://youtu.be/T5yRLyHZx7I[/embed]

Sorti en mai dernier, le premier baromètre des #EdTech publié par Deloitte Digital, fait état d’un marché Français prometteur sur lequel plus de 300 acteurs ont été recensés.

#EdTech, vous avez dit #EdTech ?

Caractérisant les start-up dédiées a à l’apprentissage quel que soit l’âge des apprenants, le terme de #EdTech désigne un marché hétérogène et éclaté sur lequel les start-up de l’éducation peinent à grandir –à l’exception peut-être de celles dédiées à la formation continue-. C’est pour répondre à cette attente qu’en octobre, un fonds d’investissement dédié s’est lancé, avec une première levée de fonds de 45 M€ auprès de BPI France.

Sur ce marché, InterCycles n’échappe pas à la règle. Une fois le premier POC (Proof Of Concept) créé, elle a choisi de se positionner sur le créneau associatif, comme nombre de ses pairs, rassemblant une communauté éducative au sens large, faite d’enseignants, d’élèves et de parents d’élèves, afin de se donner toutes les chances de son déploiement.

Créée en avril 2017, la jeune startup a dévoilé sa chaine YouTube au mois d’octobre,
et pour son lancement n’a pas hésité à utiliser les moyens du bord pour communiquer sur ce lancement. Retour en images…

https://youtu.be/T5yRLyHZx7I

Transmettre est ce qui nous anime

0

Transmettre une passion, un savoir, le partager avec autrui en utilisant tous les moyens mis à notre disposition…

C’est cette volonté qui a précédé la création d’InterCycles, une volonté de changer les choses, pour que chacun puisse avoir accès à la culture, quel qu’il soit et où qu’il soit ; l’envie de permettre aux élèves en difficulté ou en décrochage scolaire, à travers la création d’œuvres collaboratives de reprendre confiance en leur créativité, en leur expressivité, de reprendre confiance en eux, tout simplement.

Le numérique a ouvert ce champ des possibles, mettant à notre disposition des outils comme YouTube, media privilégié des jeunes, qui rend spontanée l’acquisition des savoirs et permet à chacun d’utiliser ses compétences pour créer, apprendre, innover, partager… tout en développant ses compétences et son esprit critique.

Mais si le numérique a rendu ce rêve possible, il n’est qu’un outil, indissociable de la dimension humaine inhérente au projet, du lien qui se crée progressivement entre les élèves entre eux lors de ce processus de création si particulier ; mais également de celui qui se tisse entre les élèves et  l’enseignant, celui-ci endossant alors davantage le rôle d’un guide, à même de conseiller, d’accompagner, de faire grandir...

Bienvenue dans le monde d'InterCycles !

Pourquoi InterCycles ?

0

En associant la mise à disposition d’un outil clé en mains, pour les élèves et les enseignants, à l’utilisation du numérique, et notamment de YouTube et des réseaux sociaux, InterCycles associe la rédaction de contenu à leur diffusion à grande échelle.

Deux dimensions qui lui garantissent visibilité et pérennité.